actualités

Actualités

QUESTIONS-REPONSES #130 - Fermeture d’EPLE, biens meubles et DGF

Questions de nos stagiaires, réponses de nos expert·e·s.

QUESTIONS-REPONSES #128 - Personnels prioritaires pour les logements de fonction

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

prochaines formations

Numérique : responsabilités et stratégies des collectivités

Etudes de cas détaillées (collèges et lycées) et échanges d'expériences

26 et 27 septembre 2019

Le dialogue de gestion entre l'EPLE et la collectivité

Témoignage et retour d’expérience

26 et 27 septembre 2019

Les logements de fonction

État complet des textes de la jurisprudence et de la pratique

03 et 04 octobre 2019

le 04 septembre 2019

EDITORIAL - EPLE durables

La question environnementale occupe une grande place dans l’actualité de cette rentrée de septembre 2019 et l’éducation n’y échappe pas.

Jeunes pousses

La jeune suédoise Greta Thunberg s’est mise volontairement en congé de l’école pour porter plus efficacement la parole des nouvelles générations en faveur d’une prise de conscience des dangers du réchauffement climatique. Le ministre de l’Education nationale a suggéré, lors d’un point presse de rentrée, de remplacer l’image bien connue du mammouth par celle d’un peuple de colibris. Une métaphore dans l’air du temps, mais qui a sans doute peu de chances d’égaler la notoriété de la première. Plus sérieusement, le ministre a proposé de désigner 250 000 éco-délégués dans chaque classe des collèges et des lycées. Ils seront chargés de promouvoir la cause environnementale dans leur établissement et de proposer des actions concrètes. L’ambition est certainement excessive et peut paraître opportuniste mais elle mérite d’être saluée et sans doute même relayée par les collectivités territoriales.

Les collectivités territoriales tutelles des EPLE sont en effet concernées au premier chef par la question environnementale. Leur implication ne date pas d’hier. Responsables depuis plus de 30 ans du fonctionnement matériel des établissements et de leur financement, elles veillent en particulier à la maitrise des dépenses énergétiques. Cette attention se manifeste de multiples façons : travaux d’isolation des bâtiments, suivi des consommations et des performances énergétiques, gestion centralisée des contrats de chauffage, lutte contre le gaspillage dans les services de restauration, formation des agents à l’utilisation de produits d’entretien respectueux de l’environnement, etc. Mais pour que ces initiatives conduites par la collectivité en concertation avec les personnels des EPLE trouvent leur pleine efficacité, elles doivent être complétées par une action éducative auprès des élèves. Les occupants des bâtiments et les utilisateurs des équipements sont les premiers responsables des consommations énergétiques, ce sont eux qui ouvrent et ferment les fenêtres et les robinets, allument et éteignent les lumières et les ordinateurs, trient les déchets, ajustent leurs consommations alimentaires.

Dans ce domaine, les initiatives respectives des collectivités et de l’Etat s’annoncent complémentaires. Un terreau fertile qui, espérons-le, donnera de beaux fruits.