actualités

Actualités

A vos côtés - Organiser la mission d’entretien dans les collèges de l’Eure-et-Loir

Entretien avec Anne-Louise Belle, cheffe du service vie des collèges du Département de l’Eure-et-Loir

Formations 2019, à vos agendas !

Le calendrier des formations de la nouvelle année qui approche !

Expulsion des logements de fonction

La jurisprudence dissipe toute incertitude pour les logements de fonction dans les EPLE.

prochaines formations

Répartition des moyens humains et référentiels de niveaux de service

Remise de l'outil Excel de modélisation utilisé pour le calcul des effectifs théoriques d'ATTEE.

07 et 08 février 2019

Sectorisation scolaire & Projection démographique

Témoignage et études de cas

28 février et 01 mars 2019

L'analyse des comptes financiers des EPLE

Méthode pour l’analyse et étude détaillée d'un compte financier authentique

07, 08, 28 et 29 mars 2019

le 05 décembre 2018

EDITORIAL - Le temps de l’évaluation

Par Serge Pouts-Lajus, directeur et co-fondateur d'Education & Territoires.

Evaluation

Depuis longtemps et de plus en plus, les collectivités territoriales, Régions, Départements et Métropoles notamment, s’engagent dans des opérations d’évaluation de leurs politiques. Mais l’éducation est sans doute le domaine dans lequel cet engagement est le plus récent car il est aussi le plus délicat.

En éducation, les collectivités partagent leurs responsabilités avec l’Etat, celui-ci ayant bien sûr un rôle prépondérant dans la définition des finalités et des objectifs. Or, évaluer consiste principalement à confronter les objectifs aux réalisations, à leurs effets et à leurs impacts. C’est à celui qui fixe les objectifs que doit logiquement revenir la responsabilité de l’évaluation. Mais cette approche se heurte, dans le domaine de l’éducation et dans notre pays, à deux difficultés ou plutôt à deux habitudes installées qui empêchent l’évaluation de jouer pleinement son rôle.

En premier lieu, il faut noter que l’Etat, s’il en est l’acteur principal, n’est pas seul responsable du fonctionnement du système éducatif. Il n’est donc pas seul responsable de ses performances. Les collectivités, fournisseurs de moyens, y contribuent d’une façon qui est loin d’être marginale puisqu’elle représente, en France, près d’un quart de la dépense totale d’éducation. Il serait donc souhaitable d’évaluer la part qui revient aux collectivités dans les résultats du système éducatif. Or, cela n’est jamais fait, du moins de façon systématique. Cela signifie-t-il que les éléments matériels de l’éducation, la qualité des bâtiments scolaires et des équipements ne jouent aucun rôle dans la réussite des élèves ? Certainement pas. Mais force est de constater que cette dimension n’est pas prise en considération dans l’évaluation.

La seconde difficulté pour l’évaluation de l’éducation scolaire provient de la préférence marquée de l’Education nationale française pour l’évaluation interne. Certes, l’Etat n’a pas les moyens d’empêcher des évaluations externes comme celles des sociologues, des chercheurs ou celles des organismes internationaux. Mais la préférence de l’Education nationale pour l’évaluation interne demeure. Les mésaventures récentes du CNESCO en témoignent ; créé en 2014 avec pour mission d’évaluer le système éducatif national en toute indépendance, son existence est aujourd’hui menacée.

Le domaine du numérique est l’un de ceux pour lequel l’incongruité de cette situation apparaît de la façon la plus nette. Les collectivités évaluent de leur côté l’efficacité de leurs initiatives en prenant soin de ne pas empiéter sur le domaine de l’Education nationale, ce qui limite considérablement la portée de leurs analyses. Le temps est sans doute venu de cette ornière. Saluons donc l’initiative de la Société française d’évaluation (SFE) qui organise le 7 décembre une journée consacrée à ce thème : Impacts du numérique sur l’école – Regards croisés.

Education & Territoires participe à cette journée en animant une table ronde où les regards de deux collectivités (Grand-Est et Nouvelle-Aquitaine) se croiseront avec ceux des représentants des académies concernées.

Pour finir, pour aller plus loin sur le sujet, nous vous invitons à découvrir un article récent que Serge POUTS-LAJUS a consacré à ce thème.