actualités

Actualités

QUESTIONS-REPONSES #104 - Répartition de la DGF entre ALO et AP

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

JOURNEE E&T - L'éducation et ses données

Le mardi 11 décembre, Education & Territoires organise à Paris une journée d’échange et de réflexion intitulée «L’éducation et ses données».

QUESTIONS-REPONSES #103 - Nuisances venant d'un logement occupé à titre précaire

Questions de nos stagiaires, réponses de nos experts.

prochaines formations

Mutualiser l’accueil de collégiens et d’écoliers

Cadrage juridique et institutionnel par Bernard Toulemonde et témoignage de deux Départements

16 octobre 2018

Le financement des cités scolaires

Étude de conventions et propositions opérationnelles pour le financement et la gestion des cités scolaires

13 novembre 2018

Organiser la mission de restauration collective en EPLE

Illustration par des cas concrets et apport d’un modèle d’organisation reproductible

15 et 16 novembre 2018

le 06 juin 2017

A vos côtés – L’entretien des collèges dans les Deux-Sèvres

Entretien avec Adeline Schneider, chef du service « Moyens des collèges » au sein de la direction de l’éducation du département des Deux-Sèvres.

Pouvez-vous nous présenter le contexte de la commande ?

Adeline SchneiderComme beaucoup de Départements, nous sommes confrontés à un certain nombre de difficultés relatives au service d’entretien de nos collèges.

Nous devons en particulier composer avec une combinatoire vieillissement/restrictions d'activité/absentéisme. Aujourd'hui, 30% de nos agents sont frappés par des restrictions d'activité, dont une large part imputable aux TMS.

Cette situation s’explique par le vieillissement de la pyramide des âges (la moyenne d'âge des agents d'entretien est de 51 ans) et, dans certains établissements, par des pratiques professionnelles devenues obsolètes ou un patrimoine ancien et complexe à entretenir.

Quels étaient les objectifs de la formation ?

Dans ce contexte, les établissements réclament davantage de moyens humains. Mais avant de répondre à cette demande, il nous semblait indispensable d’identifier les marges de progression dont nous disposions avec nos moyens actuels. Dans mes précédentes fonctions, j’avais eu l’occasion d’échanger avec Alain Armetta, le formateur, et je savais qu’il serait à même de nous aider dans ce travail.

A travers la formation, je souhaitais également doter nos « référents territoriaux collèges » d’une culture commune tant sur le plan technique que méthodologique. Il s'agissait de leur apporter un socle de connaissances sur lequel s'appuyer dans leurs échanges avec les équipes de direction et les agents eux-mêmes. Au quotidien, ils sont leurs interlocuteurs privilégiés et l’accompagnement de la démarche repose en grande partie sur eux.  Nos référents doivent notamment être en mesure de gagner l’adhésion des gestionnaires et des agents techniques, de les conseiller à bon escient sur les matériels, les modalités d’organisation du travail, d’avoir un avis critique sur les exigences des gestionnaires en matière de niveau de qualité de service, etc. Jusque-là, ils avaient avant tout une approche empirique de l'entretien des locaux. Il me paraissait important de les amener à prendre du recul et de renforcer leurs connaisances.

Et pour finir, quel bilan tirez-vous de cette action de formation ?

La formation a été pensée pour répondre au mieux à nos besoins. En amont du stage, nous avons échangé par téléphone avec le formateur et nous lui avons soumis le référentiel en vigueur depuis la rentrée pour les équipements et les pratiques d’entretien dans les collèges.

La formation nous a permis de prendre du recul sur nos pratiques et d’élargir notre champ de vision. Je pense notamment aux centrales de dilution que nous pourrions utilement intégrer à notre référentiel.

La formation nous a également permis de poser un nouveau regard sur les attentes des collèges en matière de niveau de qualité de service. On s’aperçoit que certains gestionnaires, voire agents, ont des exigences excessives.

Cela pose la question de l’évaluation de la prestation et sur ce sujet aussi, la formation a été riche en enseignements. Aujourd’hui, ce sont principalement les gestionnaires qui évaluent la prestation en se rendant dans les salles. Autant dire qu’il existe des méthodes plus actuelles et mieux à même de répondre aux attentes des usagers !

Pour conclure, il me semble qu’il faudrait prolonger cette action de formation par un accompagnement, par exemple sur certains sites pilotes. C'est un axe auquel nous réfléchissons. En attendant, nous déployons, par le biais des référents territoriaux collèges, une « action de terrain » pour accompagner le déploiement des nouveaux matériels implantés depuis deux ans, perfectionner les méthodes de travail, aider au maintien en emploi, etc.